Atletico Madrid 4-1 Milan AC: Compte rendu

 In Billets

En ce 11 mars, l’Atletico Madrid a l’occasion de se qualifier à nouveau pour les quarts de finales de la C1. Après 17 ans d’attente… « El Cholo » Simeone, l’homme ayant permi le retour au premier plan de l’Atletico, aligne son onze de départ habituel.

Le Milan a de l’espoir avant ce match retour. L’espoir du résultat à l’aller, certes défavorable – défaite 1-0 à domicile – mais loin d’être définitif. En effet l’AC Milan s’était créé de multiples occasions de but, parvenant à mettre en danger l’Atletico de Madrid. Devant, avec Kaka, Taraabt et Balotelli, Milan a des arguments. Et donc des raisons d’espérer. Dans les couloirs du stade, avant d’entrer sur la pelouse, on aperçoit Rami, défenseur international français du Milan haranguer ses partenaires. « Daï, daï, daï, daï » s’exclame-t-il !

Compo1Les espoirs milanais sont cependant vite éteints. L’Atletico presse d’entrée de façon très agressive et récupère vite le ballon. Côté gauche, Gabi dépossède Essien du ballon et sert Koke à sa gauche. Celui-ci enroule un superbe centre au second poteau. Diego Costa, sous la bénédiction de Rami, bien que dans son dos, exécute une volée acrobatique pied gauche. A peine trois minutes de jeu et déjà 1-0 pour l’Atletico, Daï Rami.

Les Milanais vont mettre une quinzaine de minutes à s’adapter. Ils éprouvent des difficultés face au bloc solide opposé par l’Atletico : deux lignes de 4 solides, avec Raul Garcia venant aider du côté ballon. Balotelli est lui-aussi dans le mal. Battu dans les duels, il peine à se montrer. Au quart d’heure de jeu, sur un coup franc bien placé, il castre d’ailleurs Diego Costa pour son insolence et sa réussite de début de match.

Les milanais tentent de jouer dans le dos de la défense, vers Kaka ou Balotelli, mais sans succès. Puis ils tentent le jeu sur les côtés, mais Raul Garcia est présent pour apporter le surnombre défensivement.

Cependant, petit à petit, le Milan s’empare de la possession. L’Atletico, rendue confiante par son avantage au score, ne sort plus au pressing comme à l’entame. Les rojiblancos restent dans leur camp et attendent les vagues milanaises du haut de leurs deux lignes de 4.

Seulement, la possession milanaise a des conséquences sur l’organisation défensive adverse. A la perte de balle, Raul Garcia venait soit fermer dans l’axe, soit aider ses partenaires sur le côté. Or, le jeu sur la largeur du Milan force Raul Garcia à répéter les courses. A droite, au centre, à gauche, au centre, à droite…

A la 28ème minute, Balotelli aux 30 mètres décale Poli dans la profondeur. Le milieu italien centre. Kaka au second poteau reprend de la tête dans la lucarne.

1-1, balle au centre.

Simeone réagit immédiatement. Il réorganise son équipe en 4-3-3. Quitte à subir, autant le faire correctement.

Compo2

Raul Garcia s’exile côté droit, permettant de former une ligne de 5. Le milieu offensif n’a ainsi plus besoin de multiplier les aller-retours pour aider l’un ou l’autre côté.

Si ce changement est salvateur pour l’autonomie de Raul Garcia, il n’aide toutefois pas vraiment l’Atletico à reprendre le contrôle du match : le Milan est en possession du ballon. Et pour l’instant, à 2-1 sur les deux rencontres, c’est la seule chose qu’il leur reste aux milanais, la possession. Alors ils ne la lâchent pas. Ils se créent deux occasions en fin de première période. Balotelli est d’abord devancé par Filipe sur un centre en retrait. Puis Kaka smashe une tête juste au-dessus du but gardé par cet aimable Mr Courtois. Deux occasions ratées de plus dans cette double confrontation. Un manque flagrant de réalisme impardonnable à ce niveau.

Deux minutes plus tard, Koke, de sa nouvelle position basse, envoie une transversale laser sur la poitrine de Diego Costa. Costa remise de la poitrine vers Arda Turan, qui, fâché, déclenche une demi-volée de l’extérieur en lucarne.

Une demi-volée de l’extérieur, en lucarne, déviée par … Rami. Daï Daï Adil, et 2-1 pour les locaux.

L’Atletico continuera à pousser jusqu’à la mi-temps, mais sans succès.

Aidé par le changement tactique, Madrid conserve plus la possession : les latéraux rojiblancos peuvent, grâce à la présence d’un troisième milieu dans l’axe, se projetter davantage. Positionnés haut, ils participent à étirer la défense milanaise.

Deux minutes après le but, Juanfran est servi dans la profondeur et centre. Raul Garcia réalise un superbe retourné qui passe à droite du but milanais.

Si les latéraux sont plus libres chez l’Atletico, c’est aussi le cas d’Arda Turan. En effet, l’ailier turc n’a plus à venir se positionner aussi proche de son milieu axial en phase défensive. Il participe à la récupération rapide du ballon en initiant un pressing haut.

Milan s’énerve, à l’image de Balotelli, qui, excédé de perdre tous ces duels, engueule l’arbitre et prend un jaune.

A la mi-temps, Seedorf, conscient qu’un changement est nécessaire, s’adapte. Il fait rentrer Robinho à la place de Taarabt.
Malgré cela, la seconde période débute mal pour le Milan. Comme en première mi-temps.

Servi à droite de la surface, ce diable de Diego Costa, tantôt espagnol, tantôt brésilien, décoche une frappe croisée qui vient s’éteindre religieusement à droite du but.

Puis au bout d’une course de 40 mètres, décale Gabi sur sa  droite.  Gabi frappe, poteau.

La présence dans l’entrejeu d’un milieu supplémentaire permet aux latéraux rojiblancos d’évoluer plus haut et de dominer la seconde période. L’Atletico occupe mieux la largeur, et sort au pressing de façon efficace. Protégés par Mario Suarez, qui reste devant la défense, Koke et Gabi peuvent suivre le pressing initié par Turan ou Garcia. La présence haute des latéraux permet aux ailiers de venir dans l’axe en soutien de Costa en phase offensive.

Au niveau des choix, Simeone va gagner son match face à Seedorf. A la 68ème, ce dernier fait sortir Essien, un milieu, pour Pazzini, un attaquant, afin de passer en 4-4-2.

A la 70ème, Raul Garcia s’impose au duel aérien face à De Jong et… Daï Daï Daï Rami pour inscrire le but du 3-1. Son 4ème en 6 matchs de Ligue des Champions cette saison. Une statistique qu’il célèbre en laissant immédiatement sa place à Sosa. Milan n’a alors plus les ressources. Le milieu de terrain souffre, Kaka et Robinho ne faisant pas preuve de la même discipline qu’Arda et Koke pour se repositionner et aider leurs milieux axiaux.

Diego Costa multiplie les bons appels dans le dos de la défense mais ne tire pas par deux fois. La troisième fois, à la 85ème, il a un bon ballon sur la droite de la surface de la part de Sosa et frappe croisée côté opposée. 4-1. Daï Daï Daï Daï.

Après 17ans d’attente, oui l’Atletico est en quarts. En signant son 7è but en 5 matchs, Diego Costa remporte haut la main son duel d’attaquants/ de bonhommes avec Balotelli, et Diego Simeone, ravi, peut alors exprimer sa joie: « C’était beau ».

Recent Posts

Leave a Comment

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.